chaudrée crémeuse à la truite saumonée


Je ne suis jamais allée ni en Écosse, ni en Finlande, mais je suis sûre que leurs gastronomies vaut le détour. Et pourtant elle a plutôt mauvaise presse. De manière générale, je suis persuadée que n'importe quelle cuisine dans le monde ne peut être mauvaise. Nourrir les gens, c'est un peu les aimer. Aussi, je me refuse à penser qu'un peuple se soit contenté de juste ingurgiter de la nourriture, peu importe les assaisonnements et associations d'aliments, sans avoir cherché à sublimer les produits en leur possession...J'ai voyagé dans certains pays ou régions réputés pour leurs traditions culinaires comme la Malaisie ou la Réunion, autant que dans d'autres où l'on m'avait prévenue que j'allais mal manger comme le Canada ou Cuba...personnellement, où que j'aille, je suis toujours parvenue à me régaler. Ça ne veut pas dire non plus que je ne suis jamais tombée sur un mauvais restau, des galères culinaires, ça arrive partout ! Ça m'est peut-être d'ailleurs plus arrivé en Suisse qu'à l'étranger d'ailleurs..mais non vraiment, il n'y a aucun pays d'où je suis revenue en me disant que de manière générale, on y avait mal mangé...

Si je vous raconte tout ça, c'est parce que la recette d'aujourd'hui est tirée de deux recettes, l'une écossaise, le cullen skink et l'autre finlandaise, le lohikeitto. La première est une soupe crémeuse au haddock fumé saupoudré de ciboulette tandis que la deuxième est un consommé au saumon et aux légumes, parfois mouillé avec du lait ou de la crème. L'occasion de dire que la cuisine anglo-saxonne ne se limite pas aux pie ou autre fish and chips (qui sont d'ailleurs très bons). Quant à la cuisine finlandaise, au même titre que la cuisine nordique, elle s'annonce comme la nouvelle scène gastronomique mondiale. Il n'en fallait pas plus pour rappeler que la Suisse également, possède d'excellents poissons d'eau douce, qu'ils soient frais ou fumé et de twister cette soupe réconfortante avec des produits de nos régions. Avec le mauvais temps qui s'annonce, elle ne pouvait pas mieux tomber !


(Pour 4 personnes)


2 filets de truite saumonée

100 g de truite fumée

250 g de côtes de céleri branche

4 carottes

1 oignon nouveau

1 l de fumet de poisson

10 g de beurre

5 dl de lait

1 petite boîte de maïs

2 c. à s. de ciboulette hachée








Émincer l’oignon nouveau ainsi que les côtes de céleri en tronçons, hacher grossièrement les feuilles. Peler les carottes, couper en demi rondelles. Faire fondre le beurre dans une casserole. Y ajouter les légumes. Saler. Faire suer quelques minutes. Mouiller avec le fumet de poisson. Porter à ébullition, puis faire chauffer à feu moyen avec couvercle pendant 15 minutes. Ajouter la petite boîte de maïs égouttée ainsi que le lait et la moitié de la ciboulette. Poivrer généreusement. Ramener à ébullition puis cuire encore 10 minutes couvercle fermé.

Pendant ce temps, préparer le poisson. Retirer les arrêtes des filets ainsi que la peau. Rincer sous l’eau froide, bien éponger. Saler les filets, les couper en tronçons. Lorsque la soupe est prête, ajouter les morceaux de poissons et les faire pocher pendant 1 minute dans la soupe. Couper le feu. Servir aussitôt la soupe bien chaude dans les bols. Ajouter sur le dessus une chiffonnade de truite fumée. Saupoudrer avec le reste de ciboulette.


Il est tout à fait possible de préparer cette soupe à l’avance et d’y pocher le poisson au dernier moment. Si vous souhaiter retirer la peau du lait pour éviter la formation de mousse, laisser simplement refroidir la soupe. Une peau jaunâtre va se former sur le dessus qu’il est facile de retirer. Réchauffer la ensuite juste au moment de servir en oubliant pas d’y pocher le poisson à la dernière minute, sinon il devient sec.

Tous droits réservés sur les photos et textes. © vert-pomme.com