salade pourpre au chou rouge


Mars a commencé il y a peu et c'est un peu le moment pour nous de faire le bilan de ce mois de "février sans supermarché". Autant être clairs avec vous, c'est un échec cuisant et ce pour une raison principalement : nous sommes partis en semaine de skis à Anzère ! Or, qui dit lieu inconnu + ami avec nous + journée complète de ski, dit ni le temps ni l'envie de rechercher des petits commerces de proximité. Ou plutôt disons la motivation, parce que le temps clairement on l'avait et pour ce qu'on en a vu, Anzère possède au moins une boucherie et une boulangerie. Pour le reste, on est moins sûrs cependant, mais on ne vous cache pas qu'on a moyennement cherché. De plus, partageant les frais avec un copain, on avait pas envie de monter au créneau style les bobos/écolos/chiants/militants qui imposent leurs convictions à tous. Et on aurait peut être du d'ailleurs, parce que tout est dans la manière de présenter les choses et pour le coup, je pense pas qu'il s'en serait offusqué Pas tant d'excuses donc...(regard de chien battu sous les huées de la salle).

Cette expérience a quand même du positif dans le sens où elle a permis de consolider une habitude prise depuis quelques mois déjà à savoir descendre le samedi au marché pour faire nos achats. La seule différence, c'est qu'on essaie de prévoir tous nos repas de la semaine jusqu'au samedi suivant pour ne pas devoir retourner en commissions entre temps et être tenté de passer par la case Coop. L'autre point positif, c'est qu'elle m'a permis de redécouvrir un endroit fabuleux où je n'avais plus remis les pieds depuis des années : "La source du salami" à Neuchâtel. Le nom prête à sourire, mais c'est une véritable caverne d'Ali Baba hors du temps. Je l'avoue, ces nouveaux magasins vrac me tentent moyennement pour des raisons pas forcément valables je vous l'accorde, mais cette petite boutique italienne regorge de trésors. En plus des traditionnels charcuteries et fromages transalpins, on y trouve un large choix de pâtes fraîches et sèches ainsi que de légumineuses et en plus tout ça en vrac ! Lentilles, pois chiche, haricots, riz, polenta, etc., ils ne vous restent plus qu'à faire un saut au petit magasin turc au début de la zone piétonne pour tout ce qui est semoule ou encore boulgour et vous voilà repartis avec un joli stock de produits de longues conservations ! L'occasion d'étoffer encore plus la liste, déjà bien allongée de nos petits commerces préférés ! Et puisque finalement, le but de l'expérience, c'est d'inscrire ces nouvelles habitudes de consommation dans la durée, alors il nous reste encore un peu de temps pour nous améliorer avant février 2021 !


(Pour 4 assiettes)


1/2 chou rouge

4 endives rouges

3 betteraves cuites

1 grenade (facultatif)


1 c. à c. de moutarde

2 c. à s. de vinaigre

3 c. à s. d’huile

1 petite échalote

1/2 c. à c. de sel








Enlever les premières feuilles flétries du chou rouge si besoin. Le détailler en quartiers. Retirer le coeur blanc et l'émincer finement. Faire de même avec les endives. Garder quelques feuilles entière pour la déco. Détailler la betterave en rondelles. Détacher les grains de la grenade. Préparer la vinaigrette. Hacher finement l'échalote, battre la moutarde avec l'huile et le vinaigre, saler, poivrer. Réserver.

Dans les assiettes, disposer les feuilles d'endives entières, le chou rouge, puis l'endive émincées et enfin répartir les rondelles de betterave. Parsemer de graines de grenade. Arroser avec la vinaigrette. Servir en entrée ou en plat principal, accompagné de tartines de pain de campagne chaudes aux poires et au bleu.


Tous droits réservés sur les photos et textes. © vert-pomme.com