pot-au-feu

Dernière mise à jour : 8 juin 2019


Quel meilleur plat pour commencer l'hiver que le pot-au-feu ? En hiver, la tendance est à l’enveloppage. Enveloppage de pulls, d’écharpes, de plaids, de chaussons douillets. On empile, que ce soit les couvertures sur le canapé ou les bûches dans le poêle. mais reconnaissons-le, on a aussi tendance à matelasser son tour de taille. Quand en été on se précipite sur le melon, la salade de tomate, les brochettes de légumes grillés : en hiver, on se rue sur la fondue, la tartiflette, la blanquette de veau, les pâtes carbonara et j’en passe. Même si je ne rechignerai jamais devant une raclette, j’essaie aussi de ne pas trop me rabattre sur la crème et le fromage bien que tout mon corps les réclame quand je passe ma porte transie et grelottante.


Aussi le pot au feu reste une excellente alternative puisque qu’en dehors de celles contenue dans la viande, il ne nécessite aucune matière grasse.. Déjà il sublime les légumes de saison, et il réchauffe rien qu’a le cuisiner. Autre avantage, en dehors de la préparation des légumes, on peut ensuite le laisser mijoter et l’oublier pendant 3h pendant qu’on lit un bon policier avec une tasse de thé. Elle est pas belle la vie ? Pour tout vous dire, ma mère avait coutume de le préparer à mon père quand il rentrait de son camp de ski. Autrement dit, une semaine à gérer une cinquantaine de gosse braillards, la morve au nez et les angoisses nocturnes faciles. Sans parler des repas insipides dans un réfectoire glacial et les nuits en dortoir dans un sac de couchage humide. Si ça n'est pas la preuve ultime que ce plat est un réconfort à lui tout seul !

J’aime tellement de chose dans la cuisine, je ne pourrais pas vous citer un plat préféré, mais je dois dire que le pot au feu tient une place toute particulière dans mon cœur. C’est un plat qui a traversé les siècles. Des légumes, des bas morceaux de viande (quand on en avait), des déchets comme les os et rien d’autre. Mon arrière-grand-mère me racontait que les gens pauvres achetaient des têtes de cheval à l’époque afin de gratter la viande sur la carcasse et d’utiliser les os pour parfumer les soupes. Le pot au feu, c’est avant tout une affaire de bouillon de viande et de légumes. Un bouquet garni, du laurier, des clous de girofle et c’est tout. Surtout pas d’épices ou autres, cela dénaturerait complètement le plat. Utilisez de la viande légèrement entremêlée. Pour celui-ci, nous avons eu la chance de bénéficier de viande d'excellente qualité, car depuis peu, un quart de broutard en provenance de la ferme de notre voisin a pris place dans notre congélo ! On ne pouvait décidément pas en faire meilleur usage.


J’ai l’habitude d’accompagner le pot-au-feu de petites sauce maison au yogourt : cocktail, pommes/curry, ail et herbes…mais on peut facilement s’en passer. Accompagner avec un peu de riz ou un bon pain de campagne. A noter aussi que le bouilli s’accommode très bien froid, en salade avec une vinaigrette relevée. A servir le lendemain, avec le bouillon et les légumes restants en guise de soupe.



(Pour 6 personnes)


1 kg de bouilli de boeuf un peu entremêlé

6 os à moelle

1 chou frisé

2 poireaux

3 grosses carottes

1 chou-rave

1 grosse rave

1 céleri

3 L d'eau

1 bouquet de persil

3 feuilles de laurier

6 clous de girofle

8 grains de poivre noir


gros sel




Couper le chou, la rave, le chou rave et le céleri en quartiers. Couper le poireau et les carottes en gros tronçons. Garder le haut du vert de poireau pour le bouquet garni. Couper l'oignon en deux et piquer avec les clou de girofle.

Sortir un grand faitout. Mettre les oignons la face coupée vers le fond, les grains de poivre et allumer le feu. Laisser ainsi 5 minutes. Les oignons vont brûler, mais c'est normal, ça va donner de la couleur au bouillon. Verser l'eau. Préparer le bouquet garni en enveloppant dans le ver de poireaux le persil et le laurier. Placer le morceau de bouilli entier ainsi que les os à moelle et monter à ébullition. Ecumer. Baisser le feu et cuire ainsi pendant au moins 3 h.


Sortir la pièce de bouilli et découper en gros cube. Sortir les os à moelle et réserver. Replacer dans le bouillon la viande ainsi que les morceaux de légumes à l'exception du chou, qui cuit un peu plus rapidement. Cuire ainsi encore1h15. Trente minute avant la fin de la cuisson, ajouter le chou. Réchauffer les os à moelle quelques minutes dans le bouillon. Servir dans des assiettes creuses avec un morceau de légumes de chaque, quelques morceaux de bouillis et un os à moelle. Accompagner de sauces froides de votre choix.


Pour la recette imprimable c'est ici !


Tous droits réservés sur les photos et textes. © vert-pomme.com

105 vues