boudin noir et compotée d'oignons aux airelles


Réduire sa consommation de viande, c'est bien. Parce que ça permet de faire attention à la fois à sa santé, mais aussi à celle de la planète ; l'élevage intensif étant un des plus grand producteur de gaz à effet de serre. Et si en plus on peut par la même occasion éviter de consommer des animaux élevés dans des conditions pas très jo-jo, ben c'est encore mieux. Personnellement, ça me retourne le bide d'imaginer des cochons élevés sur du béton et qui ne voient jamais la lumière du jour...Sachez cependant, que délaisser la viande un bon tiers de la semaine, mais ne sélectionner que du steak quand on en prévoit au menu, ben c'est pas terrible non plus. En Suisse, on considère que sur un boeuf, environ un tiers de l'animal abattu ne sera jamais consommé. (source, RTS)...et ça c'est ni plus ni moins du gaspillage. Le foie, la langue, les tripes, les rognons, le sang ou tout simplement des plus bas morceaux comme le bouilli, ça fait aussi partie d'un animal. Etant donné que ce dernier à donné sa vie pour nous nourrir, la moindre des choses c'est d'utiliser toutes les parties de la bête. Alors oui on est bien d'accord, il n'est pas toujours facile de consommer des abats quand on y est pas forcément habitué. Et encore, moi qui en ai pas mal mangé étant petite, je ne garde pas nécessairement un bon souvenir du museau de porc qui baignait dans la soupe aux pois. Mais comme tous les morceaux moins "nobles" ça à l'avantage non négligeable d'être bourrés de bons nutriments et surtout, de coûter trois fois rien...ou comment faire le plein de fer à bas prix ! En plus, contrairement aux idées reçues, ça n'est pas nécessairement plus compliqué à cuisiner.

Et en parlant d'abats justement, un de ceux dont on raffole le plus à Vert Pomme, c'est le boudin noir qui serait d'ailleurs une des plus anciennes charcuterie au monde puisqu'on le trouvait déjà dans la Grèce Antique (ahhhh ces grecs). On le trouvait aussi beaucoup au Moyen-Âge essentiellement dans les tavernes, car il était considéré comme un plat populaire. Actuellement, on en trouve dans toute l'Europe, mais aussi en Amérique du Sud, en Asie du sud est dans le célèbre bun bo hue vietnamien par exemple ou encore relevé de piment dans les Antilles. Fabriqué à base de sang de porc mélangé à de la graisse et des épices, il est ensuite poussé dans des boyaux et bouilli. Libre ensuite à vous ensuite de terminer la cuisson rôti ou alors blanchi dans de l'eau bouillante.

Pour ne rien vous cacher j'ai galéré comme pas deux pour le sortir de sa garniture traditionnelle à savoir oignons grillés purée de pommes et cornettes (l'équivalent des coquillettes pour nos amis français). Enfin je sais que certains l'aiment aussi avec de la purée de pomme de terre. Écrivez moi d'ailleurs pour me décrire vos accompagnements du boudin, ça m'intéresse ! J'ai donc apporté une petite touche acidulée avec cette compotée d'airelles, mais j'avoue que sur l'assiette finale, elle côtoyait bien les pommes et les cornettes. Que voulez vous, on se refait pas.




(Pour 4 personnes)


4 boudins noirs

3 oignons

2 poignée d’airelles fraîches

4 c. à s. de sucre

2 c. à s. d’huile

2 pincées de sel


poivre










Dans une poêle, faire chauffer l'huile d'olive. Y déposer les boudins et réduire à feu moyen pour les rôtir tout doucement afin d'éviter qu'ils n'éclatent. Après une vingtaine de minutes, sortir les boudins de la poêle et y faire revenir les oignons coupés en deux puis émincés. Quand ceux-ci commencent à fondre, ajouter les airelles, le sucre et le sel. Poivrer généreusement et remuer de temps en temps. Ajuster la quantité de sucre en fonction de la douceur des airelles. Quand les airelles ont bien compoté, goûter et rectifier l'assaisonnement si besoin. Puis lisser la surface et déposer les boudins sur le dessus pour terminer la cuisson de ces derniers tout en faisant bien réduire la compotée. Si vous constater qu'elle devient trop sèche, ajouter un petit peu d'eau. Servir bien chaud avec un peu de compotée et les accompagnements de votre choix.



Tous droits réservés sur les photos et textes. © vert-pomme.com

67 vues