marmelade de pamplemousse

Dernière mise à jour : 18 mars 2019


Je dévore des fruits à longueur de journée, ça n'est pas un scoop. Mais j'ai une affection particulière pour les agrumes...et pour les fruits d'automne, et pour la rhubarbe et pour les fruits rouges...rhaaa c'est trop dur de choisir, mais si je devais faire un petite liste, je crois que le pamplemousse y tiendrait une place particulière, car j'adore son côté rapicolant et sa légère amertume. Sans parler de sa belle couleur qui vous met une pêche d'enfer dès le matin ! Tient donc les pêches...j'aime ça aussi, sans parler des abricots...


Enfin bref, on peut faire 3 millions de choses en cuisine avec les agrumes, qui se marient aussi bien en sucré qu'en salé. Mais s'il y a une chose pour lesquels ils ne sont pas beaucoup utilisé, contrairement aux autres fruits, c'est en confiture en dehors bien sûr de la célébrissime marmelade d'orange. Je pense que c'est en partie dû au boulot énorme que ça représente, même si ça n'est rien à côté de la gelée de coings.

L'idée de cette marmelade ne vient pas de moi. Ma belle-mère en avait acheté dans une petite épicerie d'Anzères et j'avais tout bonnement adoré. Bien fruitée, pleine de soleil, sans trop d'amertume, elle faisait un bien fou sur des tartines le matin. J'ai donc tenté de reproduire ça chez moi et pour ne rien vous cacher j'en suis assez fière. Il y a un certain nombre de recettes que je teste, mais que je ne vous note pas ici. J'ai même en tête un dernier échec cuisant de rouleaux de printemps aux légumes qui ont tout bonnement éclatés dans la friteuse ou encore un granola de sarrasin qui a bien failli me casser la moitié de la mâchoire.

Mais dans le cas ici, je suis tombée juste du premier coup. Je ne savais pas trop comment m'y prendre, si je devais couper les pamplemousses entiers ou non, combien de sucre il fallait ajouter pour une texture pas trop collée, etc. J'ai pris le parti de mélanger des zestes et des suprêmes et j'ai retrouvé pile la texture cherchée.



(Pour 5 petits pots)


8 pamplemousse

650 g de sucre

10 pépins de pamplemousses
















Peler les pamplemousses à vif en veillant à bien conserver les écorces de 1 pamplemousse et demi. Détailler les suprêmes en travaillant au dessus d'un saladier pour récolter le jus. Presser le reste du pamplemousse pour terminer d'extraire le jus. Peser de manière à obtenir 1,2 kg de suprêmes et de jus. Conserver une dizaine de pépins et les enfermer dans une gaze.


En travaillant à plat avec un couteau bien aiguisé, ôter les parties blanches des écorces pour ne garder que la partie jaune orangée de l'écorce. Détailler ces dernières en très fines lamelle. Ajouter au saladier. Peser le sucre et ajouter le. Transvaser le tout dans une casserole et déposer la gaze renfermant les pépins. Ces derniers amèneront la pectine nécessaire à la gélification. Amener doucement à ébullition en remuant régulièrement pour casser les suprêmes, puis ramener le feu à petits bouillon et laisser cuire sans couvercle. Mettre une assiette au frigo. Faire le test de la goutte : quand cette dernière se fige et ne coule plus sur l'assiette, c'est que la marmelade est prête. Verser la marmelade dans des pots stérilisés (la méthode est décrite ICI) en mélangeant bien le contenu de la casserole entre chaque louche pour ne pas prélever que du jus. Essuyer les éventuelles coulures, fermer aussitôt et laisser refroidir.


Cette marmelade fait aussi une super bonne garniture pour des crêpes ou alors ajoutée dans un yogourt nature.



Pour la recette imprimable c'est ici


Tous droits réservés sur les photos et textes. © vert-pomme.com