pâte à tartiner maison



Je vous vois déjà lever les yeux au ciel Chers Lecteurs "on y arrive, encore un article sur la pâte à tartiner où on va nous parler d'huile de palme..." et bien ne partez pas tout de suite, car à la fois oui...et à la fois non. Dans le sens où j'ai décidé de ne pas écrire un énième billet de blogueuse engagée toute prête à monter au créneau bourré d'ingrédients chocs pour vous culpabiliser un maximum. Je vais quand même aborder le sujet, mais pas nécessairement sous l'angle où vous l'attendiez. Pour tout vous dire, il s'agit de mon mea culpa en quelque sorte.


Vous l'aurez sûrement compris, mais avec Benjamin la sauvegarde de notre belle planète est un sujet qui nous préoccupe au plus haut point. Nous ne consommons pas de plats tout préparés, pas de biscuits ni de pâtes à gâteau industrielles, bref en quelque sorte nos contacts avec l'huile de palme sont extrêmement limités. Mais il n'y a encore pas si longtemps, il m'arrivait encore d'acheter du Nutella. Je n'en suis pas dingue, mais c'est un peu comme le Cenovis, de temps en temps ça m'appelle et du coup je suis capable de m'enfiler 3-4 tartines à la suite. Plus personne ne peut y échapper : l'huile de palme est une catastrophe écologique, ça tue les orangs-outans, etc, etc...Mais moi, bien naïvement, je pensais que, faisant déjà pas mal d'efforts niveau écologie, je pouvais sans autre me permettre occasionnellement l'achat d'un petit pot de Nutella. Vous me trouvez bien présomptueuse ? Moi aussi avec un peu de recul...


Ça, c'était jusqu'à notre voyage en Malaisie en juillet 2016...

Pour rejoindre Sepilok, sur l'île de Bornéo, nous avons pris un petit avion de tourisme pour une durée de vol d'environ 30 minutes. Déjà là, vous constaterez aisément qu'on peut sûrement faire mieux en matière d'écologie, parce qu'un petit bi-moteur qui peut contenir à peine 6 personnes (dont le pilote et le co-pilote) pour un trajet aussi court, il y avait de quoi nous taper sur les doigts à l'arrivée...

Et bien figurez vous que pendant 30 minutes, nous n'avons survolés QUE des champs de palmiers à huile. Bien alignés au cordeau. A perte de vue. Je ne sais pas combien de kilomètres ça peut représenter, j'ai bien peur que ça me file le tournis (et accessoirement, je suis aussi une pive monstrueuse en math, mais ça c'est un autre problème). Et une fois qu'on a pu se balader dans ces palmeraies c'était pire. Non contents d'arracher la forêt pour planter ces palmiers, la terre en dessous est tellement arrosée de pesticide qu'elle devient complètement stérile. Un seul coup d'oeil vous suffit à penser que plus jamais rien ne pourra repousser sur un terrain aussi malmené. Je ne vous cache pas que c'était un spectacle désolant qui nous a retourné l'estomac...De quoi avoir envie de pouvoir de régurgiter les kilos de Nutella avalés jusqu'ici. En plus, il paraît que ces pesticides causent de graves maladies aux gens qui travaillent dans les palmeraies ainsi que les habitants des villages alentours...un beau gâchis en résumé !



Ceci pour vous dire que malgré nos billets un peu militants parfois, nous ne souhaiterions culpabiliser personne parce que nous mêmes sommes loin d'être irréprochables en vérité. Il y a certains principes auxquels on croit et auxquels on aimerait vous rendre attentifs, mais on en apprend tous les jours et l'exemple que je viens de vous citer ne fait pas exception. Par exemple, suivant le calculateur d'empreinte écologique du WWF ICI, si le monde avait les mêmes habitudes de consommation que Benjamin et moi, il faudrait les ressources annuelles d'environ 3 planètes pour subvenir à nos besoins, ce qui est énorme...preuve en est qu'on peut encore largement s'améliorer !


Par contre, si il y a bien un truc que vous devez savoir, c'est que gaver ses enfants de Nutella, c'est surtout mauvais...pour leur santé. Un pot de Nutella, c'est en gros uniquement de l'huile et du sucre et rien d'autre. Très peu de noisettes, pas de chocolat (c'est du cacao de uniquement). Alors que notre recette est composée principalement de chocolat et de noisettes. En fait les trucs qu'il est normal de retrouver majoritairement dans une pâte à tartiner choco-noisettes quoi...C'est pas pour autant méga diététique on est bien d'accord, mais ça reste un sacré mieux.

Cette recette a été adaptée à partir de celle du célèbre pâtissier Christophe Michalak trouvée sur le blog de C'est Ma Fournée, ICI. Elle contenait encore trop de sucre pour moi et puis fallait faire un caramel à sec et puis un praliné et puis je sais pas quoi encore (bon c'est Michalak en même temps, les probabilités qu'il réalise ses recettes avec juste une balance et une spatule était faibles), donc au final j'ai à peu près tout changé. Franchement ça prend rien comme temps et je trouve honnêtement le résultat super convaincant, tant au niveau du goût que de la texture.



(Pour 2 pots)


300 g de noisettes entières

150 g de chocolat au lait

5 g de cacao amer

20 g de poudre de lait

1 pincée de sel

10 g d’huile de noisette

2 grosses c. à s. de mélasse












Torréfier les noisettes entières 15 Minutes à 180 degrés chaleur conventionnelle sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Frotter dans un linge pour enlever les peaux. Inutile de trop s’acharner, ça n’est pas grave si tout ne s’enlève pas.

A l’aide d’un mixeur plongeant ou d’un robot, mixer les noisettes jusqu’à obtenir une pâte légèrement huileuse.

Faire fondre doucement le chocolat avec l’huile de noisette . Ajouter le chocolat fondu et la mélasse à la pâte de noisette et remixer pour obtenir un mélange homogène. Débarrasser dans un cul de poule.

Ajouter le lait en poudre, le cacao et la pincée de sel et mélanger à la spatule.

Verser dans un pot propre. La consistance de la pâte paraît assez fluide, mais elle se solidifie par la suite. Ici sur les photos elle était encore un peu chaude. Elle prendra alors une texture idéale après quelques heures laissée à température ambiante. Vous pouvez la garder au frigo, mais sachez alors qu’elle deviendra dure et cassante comme du vrai Nutella, alors qu’a température ambiante, elle restera souple sans pour autant être coulante.


Vous pouvez remplacer l'huile de noisette par de l'huile végétale neutre, voir de ne pas en mettre du tout, je ne suis pas sûre que ça change grand chose à la recette (oui mais voilà, j'avais trop envie d'utiliser mon huile de noisette dans une pâte à tartiner aux noisettes).



Pour la recette imprimable c'est ici!


Tous droits réservés sur les photos et textes. © vert-pomme.com