gigot d'agneau braisé au cassis et à l'ail rose


J'avais décidé que je cueillerais un gros bouquet de lilas pour agrémenter la table ancienne. Cette dernière serait d'ailleurs bien propre et débordante de légumes du marchés. A l'apéritif on proposerait peut être un peu de cidre du Versé, mais ce qui était sûr, c'est qu'un beau gigot d'agneau mijoterait dans le four. Et pour le dessert, les premières fraises étant arrivées, on manquerait pas d'y faire honneur. Cette soirée, je l'avais pensée dans les moindres détails parce que je savais qu'elle serait importante. Que j'avais envie que les gens soient bien et qu'ils mangent quelque chose de bon. Cette soirée, c'était la première fois où j'allais revoir ma famille après de trop nombreuses semaines à mon goût. On avait hésité plusieurs fois à se voir, mais la frustration de devoir se tenir autant éloignés les uns des autres nous avait un peu refroidit...et même si l'envie ne manquait pas d'en braver quelques unes, on avait à coeur respecter les directives de la confédération. Aussi l'on a pris notre mal en patience, mais je dois dire qu'ils m'avaient cruellement manqués. L'agneau de Pâques aussi, mais que voulez vous, un gigot, ça n'est pas fait pour être dégusté à deux !

Je ne sais pas vous, mais ces temps je me mets à rêver d'après. En premier lieu je me réjouis de revoir mes grands-parents. Avec ma soeur, on a d'ailleurs décidé d'organiser une grande fête au jardin, histoire de célébrer nos deux anniversaires, mais surtout de réunir la famille au grand complet devant des litres de sangria qu'elle réussit à la perfection. Avec mes deux meilleures amies, on se languit de nos petites soirées au restaurant...que je verrais bien se prolonger sur la place du coq d'Inde de Neuchâtel, autour d'un bon cocktail. Dès que le temps le permettra, je me réjouis également de réinvestir les bords du lac, point de rencontre essentiel de tout bon suisse romand qui se se respecte ! Le fait de me rendre au marché m'a aussi manqué, car je dois dire avec un peu de regrets que l'on a pas mal cédé à la facilité des supermarchés en ces temps de confinement...Quant aux festivals, je sais déjà que je vais devoir faire une croix sur FestiNeuch cette année (et même sur la fête des vendanges, quelle horreur !), mais je me dis que peut-être il sera peut-être possible de danser sur le rythme des lacs du Connemara à une petite fête de village des environs. De manière générale, je compte les jours jusqu'à quand il sera à nouveau possible d'interagir de manière normale avec les gens dans les magasins et dans les rues. Ce monde aseptisé fait de solutions hydroalcooliques, de distance sociale et de masques n'est pas fait pour moi....


(Pour 5 personnes)


1 gigot d'agneau de 2 kg 3 têtes d'ail rose 6 brins de romarin

1, 5 dl de vin blanc

1 c. à s. d'huile d'olive


Pour la marinade

3 c. à s. de confiture de cassis

1 c. à s. de moutarde à l'ancienne

2 c. à s. d'huile d'olive

1 c. à s. de sel

quelques tours de moulin à poivre




Sortir le gigot du frigo 30 minutes avant pour le faire revenir à température ambiante. Faire chauffer l'huile dans une grande cocotte allant au four et possédant un couvercle. Y rôtir le gigot sur toutes ses faces. S'aider de palettes en bois, et non d'une fourchette pour le retourner, au risque de voir le jus sortir de la viande et assécher la chaire. Déglacer avec le vin blanc. Sortir le gigot sur une grande planche. Conserver la cocotte avec son jus. Préchauffer le four à 180° chaleur tournante. Mélanger vigoureusement tous les ingrédients servant à la marinade. À l'aide d'un pinceau, l'étaler sur toute la surface du gigot, puis repositionner ce dernier dans la cocotte. Couper les têtes d'ail en deux, les disposer autour du gigot. Parsemer de brins de romarin. Saler le jus et enfourner aussitôt pour environ 2h (à moduler selon votre souhait de cuisson de la viande, comptez plutôt 1h30 pour un agneau rosé). Laisser le couvercle ouvert les 20 premières minutes, puis fermer. Arroser régulièrement avec son jus. Si vous souhaitez vous servir d'une sonde de température, pour un agneau rosé, il faudra que la température à coeur atteigne 60 degrés à coeur. Servir avec une demi tête d'ail confite par convives, des flageolet ou des quartiers de pommes de terre rôtis et des légumes de saison.

Tous droits réservés sur les photos et textes. © vert-pomme.com

88 vues